Alain Meert et Patrick Marczewski, Le musée idéal, technique mixte, 290 x 185 x 80 cm , 2019. Atelier : Créahm Liège (BE) ©M.Thies/collection trinkhallmuseum

Le musée idéal

Le musée idéal est une œuvre réalisée tout au long de l’année 2019 par un des artistes phares des ateliers du Créahm, Alain Meert, en vue de l’ouverture du Trinkhall. L’artiste a répondu à la question que nous lui avions adressée - Qu’est-ce qu’un musée ? -, par le moyen d’un galion, toutes voiles dehors, où s’exposent nonchalamment dessins, peintures et sculptures. C’est un théâtre de papiers, de cartons, d’objets, présences multipliées, insolites et familières qui se logent exactement dans l’entre-deux des consciences. Le monde entier qui tient dans un bateau : l’arche d’Alain Meert. Et c’est un musée, comme nous le voulons, qui navigue en rêvant parmi les idées, les formes et les émotions. Capitaine de vaisseau, Alain Meert est un pirate. Puissions-nous, au Trinkhall, nous laisser conduire par ses mille sabords et ses hissez ho !

La lettre du Trinkhall

LA MORT DU CIRQUE

LA MORT DU CIRQUE

Louis Pons (1927-2021) est un artiste plasticien, dessinateur et assembleur de génie qui a traversé le temps, croisant artistes et poètes, qui venaient le visiter dans son atelier  de Sillans-la-Cascade, au bord de la Bresque, puis dans celui de Paris où il s’établit à partir de 1972. Son atelier ? C’est un lieu idéal et rêvé où s’amoncellent tous les objets, fragments déchiquetés de mondes par lui glanés, dans les poubelles, les dépotoirs, les décharges, ou les campagnes et les ruines, puis assemblés, réanimés, métamorphosés en d’extraordinaires compositions qui disent à la fois le désastre et la joie, malgré tout, d’être là, le cycle des présences, des disparitions, des rencontres et des régénérations. Les assemblages de Louis Pons sont des aphorismes écrits à même les matérialités, à même l’évidence et l’obscurité des objets que transfigure la magie bricoleuse de l’artiste. 

Louis Pons est en amitié avec les choses. C’est par la grâce également de l’amitié que « La mort du cirque » (1976), l’une des œuvres majeures de Louis Pons, vient d’intégrer la collection du Trinkhall, léguée au musée par Antoine Dumayet (1947-2023), l’écrivain, le réalisateur et le peintre, ami de la première heure, ayant si souvent rêvé avec nous la condition artistique, la puissance expressive des mondes fragiles et la poétique de l’écart où chaque œuvre d’art trouve sa vérité.

La mort du cirque ? Le cirque aveuglément consenti de nos effondrements ? Mais la vie, malgré tout, et la joie d’être là… À tous, nous souhaitons le meilleur pour l’année 2024.

- Louis Pons (1927-2021), La mort du cirque, 1976, assemblage, 128 x 102 cm -

Toutes les Lettres du Trinkhall

 

 

les partenaires du musée
Ville de liège Province de Liège Culture Province de Liège Culture WBI AVIQ Loterie Belfius Cera La première Université de Liège Fnrs la liberté de chercher IGuzzini